Le Préfet de Police donne un coup d'arrêt au "tout festif" prôné par la Maire de Paris

Après avoir prôné l’occupation des terrasses et la continuité de la fête après les événements du Bataclan, la Mairie de Paris doit, à la suite du drame de Nice, composer dorénavant avec la Préfecture de police .
En effet le Préfet de police de Paris vient de prendre avec sagesse des dispositions sécuritaires pour la capitale mais aussi l’Ile de France et annoncer que « tout événement dont les conditions de sécurité ne seraient pas optimales ne pourrait avoir lieu ». Elle agit bien entendu en prévention afin d'éviter tout risque de nouveau scénario catastrophe. Ainsi sont annulées par exemple le cinéma en plein air à la Villette et à Paris, le tournoi de basket Quai 54 des 23 et 24 juillet et la piétonisation des Champs Élysées du 7 août.

La préfecture précise que les dispositifs de sécurisation des manifestations prévues ont fait l'objet d'un examen attentif, le renforcement de la sécurisation de Paris Plages a été décidée, notamment « l'accès aux voies sur berge a été neutralisé à partir d'obstacles physiques… ». Les forces de l'ordre, des militaires et des agents de sécurité patrouilleront sur les quais, sur les ponts…Une quarantaine de sites sont concernés.
Ces décisions confortent ce que le Réseau "Vivre Paris !" ne cesse d’affirmer depuis plusieurs années, à savoir qu’au-delà des multiples désagréments collatéraux subis par les habitants, le développement du tout festif voulu par l’équipe municipale a ses limites et met en danger les participants dans le contexte actuel.
Cela n’a finalement pas échappé à la Préfecture de police et on peut s’en féliciter, il était temps de prendre de telles mesures. La sécurité des parisiens et des touristes doit l’emporter sur tout le reste.
Espérons que, dans ces conditions, la Mairie de Paris et tous ceux qui autour de Bruno Juillard, Premier-Adjoint en charge de la Nuit, ont pour mission déclarée de promouvoir le "Paris festif et nocturne" sauront raison et modération garder autant de temps qu’il le faudra.

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.