A vendre : nuit parisienne. S'adresser au ministère des Affaires étrangères.

Nuit à vendreUn rapport inquiétant sur la vie nocturne à Paris publié sur le site du ministère des Affaires étrangères et du Développement international.

Les auteurs en sont Renaud Barillet (fondateur et directeur de la Bellevilloise), Frantz Steinbach (fondateur des Pierrots de la Nuit), Solène Clappe-Corfa (administratrice des Pierrots de la Nuit) et Michel Durrieu (responsable du pôle tourisme de la direction des entreprises et de l'économie internationale au sein du MAEDI).

Partial, partisan et tronqué, tels pourraient être les adjectifs qui caractérisent le contenu du rapport rédigé sur commande du Ministre des Affaires étrangères, et intitulé « Pôle d’excellence touristique : 22 mesures pour faire de la vie nocturne un facteur d’attractivité à l’international ».

Nous nous sommes en effet procuré ce pensum à la gloire des fêtes nocturnes en France mais surtout à Paris, rédigées par des experts dont nous avions révélé qu’ils comprenaient des industriels de la nuit et les représentants de l'AMUON, cette association qui emploie les "Pierrots de la Nuit".

Dès les premières lignes le décor est posé, « notre offre nocturne » est-il écrit « répond aux attentes du marché français...», « il faut opérer une véritable révolution dans les mentalités afin que l’offre nocturne ne soit plus seulement tolérée mais pleinement considérée et valorisée par les élus nationaux et locaux... » ? Et d’ajouter « Les actions des associations de riverains à l’encontre des organisateurs d’évènements ou gérants d’établissements sont particulièrement dommageables, et ce alors que ces organismes ne représentent les intérêts que d’un faible nombre d’usagers ».

Ces propos totalement gratuits et non étayés amènent d’ailleurs la confusion car s’il est question dans le corps du rapport de développer une marque, un label « Qualité Tourisme » (sous couvert du GIE Atout France, l'Agence de développement touristique de la France, opérateur de l'État dans le secteur), cela se ferait, est-il ajouté, « en bonne intelligence avec l’environnement immédiat » des établissements ?

Comme attendu les mêmes exemples de villes modèles, celles « qui ne dorment jamais », une comptine bien huilée et mille fois racontée, sont citées. Vous avez deviné, il s’agit de Barcelone et de Berlin dont on sait que les habitants intoxiqués des fêtes nocturnes sont au comble du désespoir. En France, Bayonne a la réelle faveur des rédacteurs impressionnés de ce qui s’y passe…Quand aurons- nous une feria dans les rues de Paris ? A noter que relativement aux villes étrangères, seuls des représentants de Rotterdam et de Milan ont été auditionnés pour ce rapport mais leur fonction n’y est pas déclinée ?

Le jargon employé peut paraître bluffant avec les « city breakers », le « cluster », le « good France » et autres, sans oublier la sempiternelle « intelligence artificielle » et le mélange confus entre « opéra, salles de concerts, clubs, bars, restaurants » etc .

Viennent ensuite les 22 propositions qui vont de l’élargissement des horaires des promenades en bateau sur la Seine en passant par « l'ouverture des lieux publics au privé » (sans qu’un quelconque endroit soit cité), ou la « mise en place d’un site web multilingue pour la promotion de la vie nocturne », ou bien « la mise en lumière de l'espace public ». Autre singularité, afin « d’encourager l'internationalisation des dispositifs de prévention et de médiation dédiés à la vie nocturne », il faudra désormais être polyglotte pour intégrer le corps des Pierrots de la Nuit.

L’aménagement urbain n’est pas oublié dans la longue liste d’actions proposées, « favoriser la prise en compte de la dimension nocturne dans l'aménagement urbain... », c’est-à-dire plus de bus, plus de métro avec des horaires élargis, plus de navettes privées et des plans de métro et de bus indiquant spécifiquement les quartiers réputés (traduire de fête) pour la vie nocturne... Deux phrases résument ces demandes, « inclure l'activité nocturne dans le PLU » et « étendre les horaires de nuit des sites culturels et magasins en zone touristique » ?

Cerise sur le gâteau, la demande « de mesures réglementaires plus favorables à la vie nocturne… »... pour « ... rassurer les investisseurs » ! C’est-à-dire attribuer aux établissements des autorisations d’ouverture de nuit plus longues et créer une clause d’antériorité pour protéger les établissements des recours abusifs ! Difficile de ne pas deviner qui serait ainsi visé ?

Le permis à points est toutefois préconisé. Il est aussi proposé l'occupation de l'espace devant les Grand et Petit Palais qui serait dédié à la nuit, préconisation de Christophe Girard, seul maire d’arrondissement auditionné, l'endroit en effet ne comporte pas d’immeubles d'habitations.

Les subventions versées ne sont pas abordées mais il est toutefois suggéré que le fonds de financement du tourisme créé par la BPI (Banque Publique d’Investissement) étende son champ d’action au tourisme nocturne.

Ce rapport a de quoi inquiéter encore davantage les riverains. Instiller partout et par tous les moyens (ce rapport en est un) l’idée que Paris ne pourrait plus être une capitale digne de ce nom sans vie nocturne est une notion totalement fallacieuse, une pression indigne auprès des élus et de ceux qui le croient, une course en avant à marche forcée dont le seul but est de remplir le tiroir-caisse de quelques privilégiés.

On a peine à imaginer que le Ministre des Affaires Étrangères, fort d’une longue expérience des affaires publiques, puisse cautionner ces travaux par trop parcellaires et orientés. En effet les habitants sont passés à la trappe, les dégâts collatéraux relatifs à la santé (nuisances sonores, insomnie, souffrance psychologique, montée de l’alcoolisme, drogue...), l'insécurité et la malpropreté sont tout simplement ignorés.

La copie est à revoir !

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à A vendre : nuit parisienne. S'adresser au ministère des Affaires étrangères.

  1. Paul 75005 dit :

    La diplomatie n’est pas son fort ! Comme un chien dans un jeu de quilles ou un éléphant dans un magasin de porcelaines. Voilà comment notre ministre des affaires étrangères débarque dans les affaires de nos nuits. Pas un instant n’est venu à son esprit, me semble-t-il, que pour arpenter les rues de Paris la nuit il vaut mieux penser aussi aux autres.. Beaucoup de parisiens dorment la nuit. Ils sont même la majorité. Mais de nos jours il ne suffit plus de jeter de l’eau sur les perturbateurs. Il faut s’organiser pour se défendre , c’est précisément ce que nous faisons, n’en déplaise à son Excellence. Il va s’en apercevoir et se dire qu’avant de lancer de beaux projets sans égard envers ceux qui risquent d’en subir les conséquences il aurait mieux fait de se renseigner pour éviter des ennuis. Très bien ! Écrire des bêtises comme lui et ses amis font, leurs 22 propositions, rien de mieux pour nous mobiliser. Aux armes citoyens de Paris et de France, défendez votre sommeil, que ce sinistre rêveur protégé par les murs de sa fortune se réveille et se rende compte qu’on ne fait pas n’importe quoi la nuit à Paris.
    Paul 75005

  2. Dominique dit :

    Il faut toujours favoriser la nuit au jour, et on ne tient pas compte de la population qui travaille de jour. Paris est une des plus belles villes au monde, on a un patrimoine inestimable, et on le laisse détruire pour des intérêts financiers de certains.

    • Dominique 75013 dit :

      Bonjour
      Au secours ARRETEZ ARRETEZ , davantage de place aux piétons. Toujours plus de place au bars, aux restos IL Y EN A MARRE. CA SUFFIT des bars ouverts jusqu'à 2h du matin , des personnes qui en ont rien à foutre des travailleurs qui nous empêchent de dormir, RAZ LE BOL. IL Y EN A MARRE DES DECISIONS QUI SONT PRISES PAR DES PERSONNES QUI NE SUBISSENT PAS LES PREJUDICES DE LEURS DECISIONS. LES RESPECTS DE LA SANTE, DU TRAVAIL SONT BAFOUES. LES FRANCAIS SONT LES PLUS NOMBREUX A UTILISER LES SOMNIFERES, POURQUOI ? VOUS NE VOUS POSEZ PAS LA QUESTION ? Comment voulez vous dormir quand 7 jours sur 7 toute l'année vous avez des mariolles qui font la fête tous les jours, été comme hiver grâce aux autorisations d'utiliser NOS TROTTOIRS envahis par les fumeurs et les rassemblements autour des bars/restos . C'est ANTICOMMERCIAL DE FAIRE TAIRE SES PERSONNES et les responsables de ses établisements ne vont pas se mettre à dos leurs clients .
      Paris est aussi une ville de travailleurs qui peinent à rassembler les 2 bouts pour continuer à y habiter car trop riche pour avoir toutes les trop nombreuses aides distribuées à ceux qui non aucun scrupule à être assister et à quémander des droits qui sont à sens unique. Ces personnes vivent mieux que moi car ils ont accès aux logements sociaux, au transport gratuit, à internet pour une somme dérisoire, derniers IPHONE, permis de conduire gratuit, des stages de formation pour trouver soi-disant du travail, bourses scolaires et prime de rentrée scolaire. Et vous vous êtes là : payer tout pleins tarifs, à être mal logés, à ne pas dormir, à payer des amendes de stationnement car vous n'avez pas les moyens de payer un parking dans votre petit logement qui vous coûte une fortune. Pas de repos le soir car place à la fête, à la convivialité, aux échanges... Paris ville moderne, ouverte au monde extérieur. POUR QUI ? LES ASSISTES OU LES RICHES. Le soir les bars sont pleins de jeunes qui font la fête, qui n'en ont rien à faire du bruit qu'ils occasionnent, les commerçants se frottent les mains du gain financier que cela rapporte et la mairie donne toutes les autorisations pour que cela non seulement continue mais augmente. On brade Paris à ceux qui ont des grandes gueules et qui veulent en faire un lieu de quoi?... de fête comme Prague, Ibiza... Pauvre Paris je l'aime cette ville mais elle devient invivable pour des personnes qui, comme moi, est de la classe moyenne et qui se démerde toute seule avec sa fille et ne demande rien à personne. Pas de bourse car 1 enfant, pas d'allocation car trop imposable, pas d'aide et je paie tout plein tarif. C'est triste mais des fois j'envie les chômeurs ou ceux qui ont peu de moyens car ils s'en sortent bien mieux que moi .
      Je ne sors pas, je ne vais pas au resto, au spectacle, je ne profite pas de cette magnifique ville, je ne subis que les inconvénients.
      QUE FAITES-VOUS POUR NOUS ?
      Voilà mon coup de gueule , arrétez de la brader et d'en faire un enfer.

  3. Une Parisienne dit :

    On a peine à comprendre comment un rapport aussi partial, issu d'auteurs en pleins conflits d'intérêts, peut se trouver sur le site officiel du ministère ? Il appelle en tout cas une réponse officielle qui, j'espère, rassurera (un peu) les Parisiens sur le sens de l'intérêt public que possède certainement notre ministre.

  4. Irwin dit :

    Oui, heureusement qu'il y aura au ministère des gens sérieux et responsables qui pourront mettre un terme à ces manigances des lobbies de la nuit qui méprisent totalement les besoins essentiels des riverains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.