Frédéric Hocquard, Adjoint à la nuit auprès d'Anne Hidalgo, justifie l'intervention pour le soutien financier du bar convaincu de tapage nocturne

Mis à jour le 11 janvier
Article publié sur le site de Vivre le Marais!

En réaction à l'article du 3 janvier publié sur le blog de Vivre le Marais! et que nous avons repris sur notre site qui dénonce l'aide apportée par la mairie de Paris et les services que dirige M. Hocquard à un bar du IIIe qui s'est distingué depuis des mois par les perturbations qu'il crée dans son quartier, l'élu du XXe, nommé Adjoint à la Maire de Paris en octobre 2017 en charge de toutes les questions relatives à la vie nocturne et à l'économie culturelle nous envoie le message suivant :

Chers amis du réseau Vivre Paris !

Tout d'abord permettez moi de vous présenter meilleurs vœux pour l'année qui commence.
Pris à partie, une nouvelle fois, dans votre newsletter, je me permets de vous répondre brièvement pour rétablir certaines vérités et certains faits.
Je n’ai aucunement lancé une souscription en faveur de l’insonorisation du bar La Mutinerie mais j’ai relayé leur campagne de crowdfunding. Ce qui n'est pas la même chose.
Il m’a semblé en effet positif de relayer la démarche d’un établissement qui, en butte à des problèmes de tapage nocturne avérés, décide de faire dans l’urgence des travaux et en appelle pour ce fait à la générosité du public.
Si tout les établissements qui sont dans le même cas réagissaient de la même manière, nous aurions certainement moins de conflit de voisinage.
Comme vous le savez, mon point de vue n’a pas varié depuis 3 ans : Paris doit rester une ville où l’on peut sortir et s’amuser le soir, mais pour cela, il faut respecter le voisinage et ne pas empêcher les gens de dormir. Les actions de régulations, de sensibilisation et de médiations, issues du conseil de la Nuit, que la Ville (et la préfecture de Police) mettent en place depuis trois ans vont toutes dans ce sens.
Toutes les mesures et initiatives d’insonorisation et de prises en compte des nuisances pour le voisinage sont donc bonnes à prendre et à accompagner. Ici, ce bar se propose de faire un crowdfunding pour cela. Il me semble donc utile de le relayer afin que les activités se poursuivent tout en prenant véritablement en compte la tranquillité des riverains.

Bien cordialement

Frédéric Hocquard

Nous sommes désireux d'entretenir des relations constructives avec lui-même et son équipe mais il faudrait qu'au préalable chacun se souvienne que la nuit 5 % de la population est active contre 95 % de gens qui veulent dormir pour se reposer de leur journée de travail et de déplacements fatigants. A la mairie de Paris, on ne se préoccupe au titre de la nuit que de ceux qui l'exploitent ou la consomment : bars, boites de nuit, industriels de l'alcool et du matériel sonore, et fêtards. C'est pour eux qu'on a mis en place à grands frais l'équipe de Frédéric Hocquard qui ne compte pas moins de six personnes (alors qu'elle n'existait pas avant 2014).

S'agissant du bar "La Mutinerie", ce n'est qu'après de multiples plaintes de riverains ponctuées de fermetures administratives temporaires pendant trois ans que les gérants de l'établissement contraints par la Préfecture de Police ont décidé d'entreprendre l'insonorisation de leur local. Les présenter comme des gens vertueux qui se préoccupent du bien-être général fait tout juste naitre chez nous un sourire entendu...

Il y a aussi la question du fichier de destinataires de l'appel au financement de ce bar, dans lequel certains d'entre nous se sont reconnus, un fichier qui est détourné de sa vocation initiale qui est la communication entre la mairie et ceux qui participent aux travaux sur la nuit à Paris. Il n'a jamais été prévu, et qu'en penserait la CNIL, que cet outil et son usage financés par l'impôt, soit mis à disposition d'intérêts privés dont le comportement est mis en cause depuis trois ans par la police.

Nous sommes prêts à rencontrer M. Hocquard pour en parler et essayer avec lui d'établir des relations qui fassent aux habitants la place qui doit être la leur dans le débat sur les activités nocturnes de Paris. C'est le vœu que nous formulons avec ardeur en ce début d'année 2018 en réponse à M. Hocquard et il ne dépend que de lui de l'exaucer. Nous regrettons de dire que ce n'est pas encore le cas aujourd'hui.

Le Parisien du 10 janvier a repris l'information dans un article : Pourquoi l’adjoint à la nuit relaie-t-il l’appel aux dons d’un bar connu pour tapage nocturne ?

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Frédéric Hocquard, Adjoint à la nuit auprès d'Anne Hidalgo, justifie l'intervention pour le soutien financier du bar convaincu de tapage nocturne

  1. Parisienne dit :

    Le fait qu'un élu municipal utilise à des fins privées un fichier numérique constitué dans le cadre de ses fonctions est un vrai dérapage. Les parisiens confient leur adresse électronique à la mairie pour participer à des concertations citoyennes (budget participatif, conseils divers), pas pour constituer de vastes et fructueux fichiers qui seront détournés de leur but initial. La CNIL doit se saisir de cette affaire.

  2. Parisien contribuable et électeur dit :
  3. nour dit :

    Je vais de ce pas prévenir le bar à côté de chez moi et qui n'est pas insonorisé, qu'il peut s'adresser à M. Hoquart pour l'organisation d'un appel aux dons avec les mailings des contribuables parisiens. S'il fait ça pour l'un il doit le faire pour tous les autres dans un objectif d'équité.

  4. CS dit :

    Oser parler de financer ds l’urgence alors que ça fait plus de 3 ans qu’il y a plaintes et « sanctions ».
    Ça fait belle lurette que la Mairie de Paris aurait dû faire connaître ses injonctions de mettre en œuvre les travaux d’insonorisation et dispositions anti tapage plutôt que de relayer ce crowdfunding de manière indignement partiale.
    Mr Hocquard croit il que les riverains victimes vont verser qq chose !
    Le bar n’a qu’à surtaxer lui-même ses clients pour assurer le financement nécessaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.