New York veut mesurer et contrôler le bruit

New York se lance dans un projet de mesurage des bruits de la ville afin de mieux les contrôler. Ce projet s'intitule SONYC (Sounds Of New York City project). Une centaine de sondes vont être installées afin de capter tous les sons : circulation, klaxons, cris, musique, travaux, air conditionné… 90% des 8,5 millions New Yorkais sont exposés à des bruits excessifs, supérieurs au seuil considérés comme dangereux par l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA).
Des sondes connectées à des serveurs wifi transmettront en temps réel les informations qui seront analysées. Le but est d'objectiviser les sources de nuisances sonores afin de les réduire. Des algorithmes et le recours à l'intelligence artificielle permettent au logiciel d'identifier les sons déjà répertoriés et d'apprendre à reconnaître les "nouveaux" sons. Chaque sonde coûte environ 100$ et le coût total de l'opération qui s'étale sur 5 ans est estimé à 4,6 millions $.


Ce projet est présenté dans un article du Figaro du 24 juin : Bruyante, New York cherche à baisser le son.
La Mairie de Paris (et d'autres villes françaises) pourrait s'inspirer de ce projet pour protéger ses habitants des nuisances sonores nocturnes de tous ordres.

Publié dans Actualités | 6 commentaires

Une fête où "les seuls amplificateurs autorisés sont les oreilles"

Une fête où "les seuls amplificateurs autorisés sont les oreilles" : c'est ainsi que Jean-Marie Bireaud, l'organisateur de la 22ème édition du festival "Voix sur Berges", décrit la 22ème édition de cette fête populaire qui s'est déroulée le 25 juin le long du Canal Saint-Martin. 180 chorales, 5000 chanteurs, des milliers de spectateurs et aucun déferlement de décibels et des berges (presque) propres une fois la fête terminée.
Le président de l'Association des Riverains du Canal Saint-Martin, membre du Réseau Vivre Paris! a adressé un message à l'organisateur, mettant en copie notamment Serge Boulanger, directeur-adjoint du cabinet du préfet de police, Rémi Féraud, maire du 10ème arrondissement, Elise Fajgelès, nouvelle députée de la circonscription, Frédéric Hocqard, maire-adjoint chargé de la nuit…

Merci
Merci vraiment.
Quelle belle fête pleine d’émotions et porteuse de sens.
Merci à toi Jean Marie pour cette si belle idée et ta persévérance.
Tu nous donnes là un magnifique exemple du canal que nous aimons, du Paris festif, créatif, mélangé et respectueux des uns des autres.
Merci Monsieur le Maire de soutenir activement cette manifestation dont nous devrions tirer des enseignements.
Merci Monsieur le Commissaire et la Préfecture de Police d'avoir assuré si efficacement et si discrètement notre sécurité.

L'idée très forte et très belle que Jean Marie porte maintenant depuis des années devrait être inscrite dans le marbre à la mairie de Paris, à la mairie du 10ème et à la Préfecture de Police : "le long du canal Saint Martin, les seuls amplificateurs autorisés sont nos oreilles". Quel bonheur de déambuler le long de canal et d'écouter ces espaces sonores si différents les uns des autres, aucun n'écrasant l'autre par une sono inappropriée. Oui il est possible de faire de la musique sans sono, oui cela rencontre un grand succès populaire en portant des valeurs fortes de respect des uns des autres et de diversité, et c'est particulièrement important le long du canal pour les raisons acoustiques que chacun connait bien maintenant. Le message pour vous Monsieur Boulanger est de faire en sorte que les autorisations de musiques amplifiées le long du canal ne devraient plus être autorisées.
Le final avec cette Marseillaise chantée par des choristes de 5 à 75 ans, blancs, beurs, blacks était particulièrement émouvant et porteur de symbole : oui c'est ce Paris, ce canal que nous aimons, que nous voulons.
Je me suis promené après la fin de la manifestation sur les berges : des berges incroyablement propres, trois papiers, quelques canettes… c'est tout, alors que des milliers de personnes se sont promenées. Ce constat, Monsieur le Maire, Madame la Député anciennement chargée de la propreté, Monsieur le Ministre, brièvement notre député, renforce notre conviction : il ne suffit pas de multiplier les poubelles le long du canal, il faut surtout traiter le problème en amont : la désinhibition des comportements liés à la consommation excessive d'alcool la nuit. Mettre en place une politique active et efficace contre ce problème, ce n'est pas interdire mais au contraire protéger, notamment tous ces jeunes, de situations à risques pour eux-mêmes et pour les autres.
Oui, il est possible de faire une grande fête musicale et populaire le long du canal Saint Martin sans pour autant gêner les riverains. J’espère M. Hocqard, M. Sredic, M. Charlois que vous avez pu venir à cette fête. Sinon, surtout ne manquez pas celle de l'année prochaine, le 24 juin.

Car en contrepoint, les concerts incroyablement amplifiés que vous organisez, vous ou d'autres élus, sur la place de la République comme celui d'hier soir, sont absolument insupportables pour les riverains sur un périmètre qui s’étend bien au-delà de la place : A plus de 500 mètres de la place, les vibrations des basses sont encore très nettement perceptibles. Ces décibels ont aussi pour conséquences de modifier la perception sonore de ceux qui sont proches des enceintes en les rendant sourds. Comment pouvez vous transformer cette place, en salle de concert terriblement amplifiée au mépris de tous les résidents du quartier ? A la fin de ce concert, comme à chaque fois, beaucoup de spectateurs sont venus finir la soirée en buvant, chantant, criant le long du canal Saint Martin. Canal qui lui était comme d'habitude, sans encadrement, et la nuit fut un calvaire pour les riverains.
La contraste entre le concert d'hier, place de la République [samedi 24 juin] et celui d'aujourd'hui, Voix sur Berges, est pour nous saisissant. De la réussite des Voix sur Berges nous devrions pouvoir tirer des enseignements qui nous aideraient à trouver ce bon équilibre fetes et riverains : la fête oui, mais pas au détriment des riverains, de jour comme de nuit et c’est possible. Trouvez ce bon équilibre la nuit, Monsieur Hocquard est aussi un enjeu de santé publique concernant fêtards et riverains.
Encore merci Jean Marie, Monsieur le Maire, Monsieur le Commissaire.

Cordialement.
Bertrand Lukacs
Association des Riverains du Canal Saint-Martin

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Intervention du Réseau Vivre Paris au Conseil de la Nuit (20/06/2017)

Intervention du Réseau Vivre Paris ! dans le groupe de travail "Tranquillité Publique " du Conseil de la Nuit du 20 juin 2017, exposée par Anne Penneau, Gilles Pourbaix étant par ailleurs présent pour la représentation du réseau.

PRÉAMBULE
Je remercie tout d’abord d’avoir accédé à la demande du Réseau « Vivre Paris ! » (RVP !) d’avoir 15 minutes de parole en début de notre réunion d’aujourd’hui.

Trois points doivent être d’emblée précisés.
1/ Ce que nous allons dire n’étonnera personne : tous ceux qui sont ici savent à quel point les quartiers festifs sont rendus invivables pour leurs habitants.
Et nous savons que cela déplait à la présidence du Conseil de la Nuit (CdlN), comme un mail de M SREDIC qui nous est parvenu par erreur nous en a donné l’assurance : « Les membres du réseau Vivre Paris ! sont mes interlocuteurs quasi quotidien sur la délégation à la Nuit. Si cela vous convient et comme vu avec Frédéric Hocquard, je vous propose de me joindre à vous pour ce rendez-vous. Ils ont une tendance forte à aller voir tous les interlocuteurs (arrondissements/mairie centrale et Préfecture/commissariats) pour mettre les différentes entités en porte à faux les unes vis-à-vis des autres. Il est donc essentiel que nous puissions parler d’une même voix avec des interlocuteurs récurrents sur ce dossier épineux et à fort potentiel de nuisances. »
Beaucoup de faux dans ce mail et c’est la Mairie de Paris qui au contraire tente de nous mettre en porte-à-faux en renvoyant les responsabilités sur la préfecture ou en prenant des décisions hors CdlN.
Quant à affirmer que les nuisances sonores sont un dossier épineux, nous n’en doutons pas.
Mais écrire que le Réseau « Vivre Paris ! » est à fort potentiel de nuisances, qu’est-ce à dire ? Que-nous serions une nuisance pour la Mairie ? Plus précisément, la formule ne veut pas dire autre chose que ceci : RVP ! contrarie le projet de la Ville qui, tel que l’auteur du mail qui est chargé de mission de la Ville attaché auprès de Monsieur JULLIARD comprend ce projet, supposerait de faire taire les plaintes légitimes des parisiens sans passer par la case suppression des causes desdites plaintes. Continuer la lecture

Publié dans Actualités | 4 commentaires

Les riverains d’Oberkampf veulent la tête du « Monsieur nuit » de l’hôtel de Ville !

Article paru dans Le Parisien, Céline Carez, 21 juin 2017

Rue Oberkampf (XIe) les cafés le soir autour de minuit

Le torchon brûle entre Frédéric Hocquard (PS), « Le Monsieur nuit » de la Ville, conseiller délégué auprès du Bruno Julliard, premier adjoint d’Anne Hidalgo, chargé des questions relatives à la "Nuit" à Paris et les riverains du quartier Oberkampf (XIe) qui eux, veulent pouvoir dormir la nuit. Ainsi que tout le réseau Vivre Paris qui représente trente-cinq associations de quartiers.
Alors que la première commission de régulation des quartiers festifs et nocturnes du XIe sera lancée le 5 juillet prochain - censée mettre d’accord riverains et établissements de nuit - à la mairie du XIe et que ce mardi, un groupe de travail planchait sur le sujet sur tous les quartiers bruyants de la capitale à l’Hôtel de ville, autour de Frédéric Hocquard, le dossier semble dans l’impasse.
« Le conseil de la nuit est une mascarade ! S’agace Bertrand Lukacs, du réseau Vivre Paris et par ailleurs médecin. Il n’y a aucune concertation avec Frédéric Hocquard, Nous sommes tout simplement instrumentalisés ».
« A la réunion mardi, on a mis les pieds dans le plat, s’irrite de son côté Gilles Pourbaix, du réseau. Toute l’ambiguïté de la Ville de Paris et de Frédéric Hocquard, c’est qu’ils sont aux mains du lobby de la nuit, les boîtes et les bars. On aimerait bien voir Monsieur Hocquard remplacé par quelqu’un de plus ouvert aux souffrances des Parisiens privés de sommeil ».
Dans le XIe, qui est l’arrondissement qui compte le plus de bars licence IV de la capitale (1 500 !), les riverains ne taclent ni la mairie du XIe « à l’écoute », ni le commissariat de police qui reçoit des plaintes toutes les semaines. « On les voit. Ils passent et verbalisent », constatent les riverains. En 2016, les 24 policiers du groupe spécialisé de terrain (GST) du commissariat du XIe ont dressé sur Oberkampf une centaine de mesures administratives - avertissements et fermetures - contre les mauvais élèves, bars et restaurants qui ne respectent pas la charte, qui laissent la nuit leurs clients fumer, boire et hurler dehors. Depuis le début de l’année, la Préfecture de police, à la demande du commissaire de police du XIe, a lancé une quarantaine de procédures.
« Je cherche à développer la nuit à Paris mais une nuit respectueuse », se défend Frédéric Hocquard qui reconnaît qu’Oberkampf fait partie « des quartiers avec des tensions non réglées ». « Paris est une ville dense et bruyante », analyse le conseiller, par ailleurs l’élu du XXe arrondissement, qui regrette que certains membres du réseau « refusent d’être dans la médiation et fassent du cinéma ! Ils veulent la fermeture des bars. Et les bars ne fermeront pas ! ».

Source : Le Parisien

Publié dans Actualités | 4 commentaires